Procréation médicalement assistée : le VIH et la grossesse

J'ai trouvé ça utile donc je partage avec mes proches ==>Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0

La possibilité d’avoir un bébé avec des parents vivant avec le VIH n’est plus inaccessible. La recherche médicale a mis au point des astuces, des techniques et des pratiques qui permettent à plusieurs enfants de naître dans d’excellentes conditions. Faisons le point de ces différentes techniques dans les lignes qui suivent.

Pma définition : la solution pour les couples

Depuis que les trithérapies sont commercialisées pour réduire l’impact du VIH sur la santé, de nombreux couples expriment le désir d’avoir des enfants. Mais les risques de transmission ne sont pas absolument éliminés. L’un des conjoints infectés peut toujours transmettre le virus à sa partenaire (On parle alors de transmission horizontale). Certaines mères, malgré la trithérapie, peuvent transmettre le virus d’immunodéficience humaine à leur enfant (transmission verticale).

En conséquence, les couples sérodiscordants (dont l’un des couples est infecté au VIH) ou séropositifs doivent suivre un traitement pour l’insémination artificielle. Les mesures à prendre sont différentes, selon que l’homme ou la femme porte le virus. La plupart du temps, une procréation médicalement assistée (pma définition) permet aux couples séropositifs d’avoir des enfants.

Procréation médicalement assistée : lorsque la mère est séropositive

La situation est relativement complexe lorsque la mère est séropositive. En effet, le risque de contamination verticale dépasse parfois les 35%. L’une des solutions possibles consiste à pratiquer l’insémination artisanale. Lorsqu’aucun des conjoints n’est infertile, le couple peut recueillir le sperme de l’homme dans un récipient propre, et l’injecter au fond du vagin.

On peut aussi se servir d’une seringue ou d’une pipette en plastique. Une autre solution consiste à utiliser un préservatif sans spermicide pour recueillir le sperme (sans rapport sexuels), puis d’en déverser le contenu au fond du vagin. Dans ce cas précis donc, une protection médicalement assistée n’est pas nécessaire. Il est possible d’avoir des rapports sexuels protégés pendant les périodes d’ovulation. Après éjaculation, la femme peut recueillir le sperme avec une seringue et procéder à l’auto insémination.

procréation médicalement assistée

Beaucoup de femmes qui veulent absolument réduire les risques choisissent de procéder à une insémination artificielle. Elles se rendent dans un centre de procréation médicalement spécialisée spécialisé, et sont prises en charge par une équipe de médecins professionnels. Le sperme de l’homme est recueilli, conservé et injecté dans le respect strict des normes médicales. Ensuite, la grossesse se poursuit de façon normale jusqu’à la délivrance. La femme prend des médicaments durant toute cette période pour limiter le risque d’infections verticales.

A ce moment, la femme peut accoucher par césarienne pour limiter les risques d’infection. Elle peut aussi recevoir des antirétroviraux  pour accoucher sans prendre de risques inconsidérés.

Lorsque le père porte le virus

Lorsque le père porte le virus, c’est d’abord la transmission horizontale qu’il faut limiter. Malheureusement, cette situation ne permet pas d’assurer une auto insémination, ou une insémination artisanale optimale. Dans la majorité des cas, une prise en charge médicale est la seule option pour une procréation médicalement assistée correcte.

Des centres de procréation médicalement assistée sont capables de recueillir, de « laver », de trier, et de séparer les spermatozoïdes du liquide séminal. Ce sont ces spermatozoïdes qui sont inséminés pour la fécondation in-vitro.

Les cas particuliers et les solutions accessibles

Il est possible que les deux parents soient séropositifs. Dans ce cas, il faut procéder à une trithérapie (pour les 2 futurs parents) et espérer que le taux de virus dans le sang soit très faible. Ensuite seulement, les partenaires peuvent engager une démarche de procréation par insémination artificielle. Lorsque la charge virale (le taux de virus dans le sang) est élevée, le risque de transmission horizontal et vertical est exceptionnellement élevé. Par conséquent, seul un centre de procréation agréé peut aider un couple séropositif à avoir un bébé, grâce à la procréation médicalement assistée.

J'ai trouvé ça utile donc je partage avec mes proches ==>Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0